Search your favorite song for free


1. Taux à 10 ans français: "Le marché a pris en compte l'incertitude politique française", Christophe Dehondt - 09/02

  • Duration: 417
  • Channel: news
Taux à 10 ans français:

Christophe Dehondt, gérant taux et inflation chez CPR AM, a analysé les mouvements sur les marchés obligataires. - Intégrale Bourse du jeudi 9 février 2017, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.


2. Nucléaire : La politique du mensonge.

  • Duration: 3261
  • Channel: school
Nucléaire : La politique du mensonge.

C’est une fable répétée plus d’une fois. Le nucléaire français aurait trois avantages majeurs : il serait sûr, propre et bon marché. Trois atouts qui sont en fait – comme cette enquête le prouve – trois mensonges. Le nucléaire français serait sûr. En est-on vraiment certain ? Jean-Baptiste Renaud n’a pas eu besoin de voyager jusqu’à Fukushima ou Tchernobyl. Car dans une centrale nucléaire du Loir-et-Cher, St Laurent des Eaux, deux accidents nucléaires majeurs ont eu lieu en 1969 puis 1980. Deux évènements qui font partie des 10 plus graves accidents du nucléaire dans le monde. Grâce à des documents confidentiels restés secrets pendant 35 ans, cette enquête révèle pour la première fois que suite à l’accident de 1980, EDF a sciemment rejeté du plutonium dans la Loire voisine de la centrale. Une pratique totalement illégale. Le nucléaire français serait propre. Les industriels du nucléaire ont rivalisé d’imagination pour convaincre que les déchets radioactifs ne posaient pas de problème. Parfois jusqu’au ridicule quand Anne Lauvergeon affirmait que « 30 ans de déchets radioactifs français » pouvaient entrer dans une « piscine olympique ». Reprenant cette analogie, l’enquête part sur la trace de cette « piscine olympique »… et en a découvert bien plus. 183 au total, et non pas une. C’est le nombre de piscines qu’il faut en fait pour contenir tous les déchets nucléaires qui ne disent pas leur nom. A Bessines dans le Limousin comme à Tricastin dans la Drôme des centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri appartenant à Areva sont stockées, sans perspective d’utilisation prochaine. De son côté, Areva maintient que toutes ces matières sont bien « recyclables » mais effectivement pas « recyclées ». Le nucléaire français serait bon marché. Pendant des années, en effet, la France a payé son électricité moins chère que le reste de l’Europe. Mais à quel prix aujourd’hui… L’enquête le prouve : EDF a négligé la maintenance de ses centrales pendant des années et a sous-investi dans les travaux les plus coûteux. Mais aujourd’hui, à mesure que l’électricien veut allonger la durée de vie de ses réacteurs, l’entreprise est confrontée à un chantier extrêmement coûteux. Combien exactement ? Auditionné à l’Assemblée nationale en mai dernier, Henri Proglio promettait que l’ensemble des travaux s’élevait à 55 milliards d’euros. Mais ce que prouve l’enquête, c’est que ce chiffre a été largement sous-évalué. En refaisant les comptes, il apparaît que le coût total des travaux approche plutôt des 110 milliards d’euros. Une erreur lourde de sens car pendant ce temps-là, nos factures d’électricité ont déjà pris 20% en cinq ans.


3. Ne manquez pas les 6 évènements majeurs de l'après-élection!

  • Duration: 58
  • Channel: news
Ne manquez pas les 6 évènements majeurs de l'après-élection!

Résultats définitifs : Elu à 66% Emmanuel Macron bat Marine Le Pen Record d'abstention: 1 Français sur 3 a refusé de choisir, un taux jamais atteint dans la Ve République Création d'un nouveau parti: En vue des législatives le camp Macron deviendra "La République En Marche" Réaction favorable des marchés: L'euro a légèrement pris de la valeur après l'élection Démission d'En Marche! d'Emmanuel Macron: Dès le 8 mai le président élu se détachera du parti Nomination d'un nouveau 1er ministre: Tenue secrète elle interviendra le 14 mai


4. Gaming : Ils traquent les jouets vidéo pour les collectionner !

  • Duration: 1083
  • Channel: videogames
Gaming : Ils traquent les jouets vidéo pour les collectionner !

Pikachu, Mario ou Zelda, le seul intérêt des jouets vidéos n'est pas de jouer avec, mais aussi de les exposer... « Harmonie est un peu délicate à trouver, même avec la réédition de la figurine par Nintendo. Avant elle était quasi impossible à dénicher. » Axel Nizard, étudiant en école de commerce de 24 ans a une passion. Les Amiibos, des figurines Nintendo à l’image de héros de jeux vidéo, qui, posées sur un socle rattaché à une console, permettent d’incarner de nouveaux personnages ou de débloquer des niveaux. Sauf que pour le jeune homme, les Amiibos sont plutôt des objets de collection parfois difficiles à trouver. Cela fait des mois qu’Axel Nizard traque ces petits personnages. Sur la chaîne YouTube qu’il anime sous le pseudonyme Conkerax, il a documenté sa quête des Amiibos, et dévoile ses trucs et astuces. « Il n’y a pas de secret, il faut se lever tôt ! Et ne pas hésiter à aller s’informer en magasin, ou à regarder sur les forums de discussions. C’est avec des contacts qu’on obtient des informations ». Ces relations, il les trouve aussi au sein d’une communauté développée. « La chasse au trésor, ça nous motivait à nous lever le matin. Avec la communauté on échangeait nos trouvailles. On avait des forums de discussions où on parlait de leurs raretés. Le Mario gold par exemple est exclusif à certains pays. J’ai pu l’avoir mais pour certaines figurines il faut chercher sur Internet », raconte Axel Nizard. Sur une de ses vidéos internet, Conkerax évoque d’ailleurs des échanges. « J’ai deux Zelda, déclare-t-il en brandissant des statuettes identiques. J’en avais pris une en plus exprès, je vais l’envoyer pour l’échanger contre un Lucario », un Pokémon inspiré du Dieu égyptien Anubis présent dans plusieurs jeux Nintendo. Un marché bien exploité : Nintendo n’est pas le premier à s’installer sur ce marché de la technologie Near field communication (NFC, ou « communication en champ proche » en français). Avec ses personnages Skylanders, c’est Activision qui ouvre la marche des figurines NFC dès 2011. Suivent Disney Infinity qui puise dans les univers Star Wars et Marvel, Nintendo avec les Amiibos en novembre 2014, et Warner dont les Legos Dimensions ont investis les étals en septembre dernier. Si ces entreprises ont su flairer le filon, c’est aussi le cas de Micromania, spécialiste de la vente de jeux vidéo et accessoires, qui a bien perçu l’importance de la communauté et de la chasse. « Le taux d’attache est supérieur quand on stimule le jeu, quand on anime la communauté. Par exemple Micromania a créé le club Skylander qui permet d’avoir des personnages en exclusivité. Aujourd’hui, il compte tout de même 187.000 membres », rapporte Christophe Maridet, directeur marketing et communication chez Micromania. Le sens de la collection : Au terme de sa chasse à l’homme en plastique, Axel Nizard possède aujourd’hui soixante Amiibos de la collection Smash Bros., qui regroupe les personnages de tout un pan de l’univers Nintendo. Une grande partie de son tableau de chasse se trouve encore dans l’emballage d’origine. « J’aime bien avoir des objets intacts, neufs. Je les trouve plus jolis dans leur boîte, avec un aspect un peu design », déclare-t-il. A 14,99€ pièce, sa collection représente un investissement, alors Conkerax en prend soin. Si Nintendo avait du mal à faire face à la demande dans les premiers temps, l’entreprise nippone s’est mise au pas et développe ce segment du marché. « Nous avons une centaine de figurines disponibles. Et nous voulons continuer à accélérer la production à la faveur de la sortie de grands jeux comme Animal Crossing, qui correspond à une cible plus féminine. Le 4 mars prochain, un grand jeu Zelda Twilight Princess sort accompagné de la figurine Link Loup qui ouvre l’accès une nouvelle grotte dans le jeu », annonce Philippe Lavoué, Directeur général (DG) de Nintendo France. Choix stratégique, puisque cette réédition d’un jeu de 2006 mise sur un trait particulier à sa clientèle évoqué par Philippe Lavoué : « Nos joueurs sont avant tout des grands fans, ils collectionnent les jeux. » Il s’agit bel et bien du cas d’Axel Nizard, qui en plus de sa passion pour les Amiibos fait état de sa collection de jeux Gamecube riche de près de 150 titres. « J’aime l’univers Nintendo de la collection, explique-t-il. Quand j’ai vu les Amiibos ça m’a rappelé des souvenirs de mes premières années de joueur, et de certains personnages avec nostalgie. » Les Amiibos, ces jouets avec lesquels on ne joue pas.


5. Club Immo Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi

  • Duration: 573
  • Channel: news
Club Immo Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi

En dépit de l’attractivité des taux d’intérêt, la baisse du pouvoir d’achat, les politiques bancaires et les incertitudes liées à l’élection présidentielle pourraient influer sur le marché, selon Philippe Taboret.


6. Le Brexit semble oublié par les marchés, mais les risques liés à l'incertitude ont-ils vraiment disparu ? - 19/07

  • Duration: 337
  • Channel: news
Le Brexit semble oublié par les marchés, mais les risques liés à l'incertitude ont-ils vraiment disparu ? - 19/07

Bien que la dynamique s'éssouffle un petit peu sur les marchés, bon nombre d'actifs ont effacés le choc du vote britannique sur le Brexit. En effet, les taux longs américains ou allemands ont récupéré 50% de la baisse qu'ils avaient connue au lendemain du vote sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne. La situation est semblable sur le secteur des dettes souveraines périphériques. Il en est de même sur le marché de crédits et des dettes privées. Même si les marchés semblent avoir oublié le Brexit, les riques liés à l'incertitude ont-ils vraiment disparu ? - Avec: Éric Bourguignon, directeur de la gestion Taux et Crédit de Swiss Life AM. - Intégrale Bourse, du mardi 19 juillet 2016, présenté par Grégoire Favet, sur BFM Business.


7. Le point macro: Quelles sont les perspectives de la Fed sur l'économie américaine en 2017 ? - 02/02

  • Duration: 263
  • Channel: news
Le point macro: Quelles sont les perspectives de la Fed sur l'économie américaine en 2017 ? - 02/02

La Réserve fédérale américaine a entamé hier sa première réunion de l'année. Malgré quelques incertitudes liées à la politique de Donald Trump, au regard des derniers indicateurs, la Fed reste optimiste quand aux perspectives de l'économie américaine. Cette année, 2 à 3 hausses sont attendues sur les taux. Toutefois, ces derniers resteront extrêmement bas et ne risqueront pas d'entraver la bonne santé économique des Etats-Unis selon Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque. Quid du mouvement haussier des taux français sur le marché obligataire ? Quel est l'impact d'une éventuelle victoire de Marine Le Pen sur les investisseurs étrangers ? - Intégrale Placements, du jeudi 2 février 2017, présenté par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business.


8. Eric Bertrand VS Jean-Marie Mercadal (2/2): Que dire du coup de mou sur le marché des matières premières ? – 27/08

  • Duration: 431
  • Channel: news
Eric Bertrand VS Jean-Marie Mercadal (2/2): Que dire du coup de mou sur le marché des matières premières ? – 27/08

Eric Bertrand, directeur de la gestion taux et crédit chez CPR Asset Management, et Jean-Marie Mercadal, directeur de la multi-gestion chez OFI Asset Management, ont analysé les perspectives d'évolution du marché des matières premières, notamment celui du pétrole. Selon eux, la baisse constatée sur ce marché est due à l'incertitude sur la solidité de l'économie chinoise. Mais si le ralentissement de la croissance chinoise n'est pas considérée comme importante, on ne devrait pas s'inquiéter pour les matières premières. - Intégrale Placements, du jeudi 27 août 2015, présenté par Cédric Decoeur, sur BFM Business.


9. Christine Lagarde : ''la croissance est trop faible''

  • Duration: 396
  • Channel: news
Christine Lagarde : ''la croissance est trop faible''

À la veille de la réunion de printemps du FMI et de la Banque mondiale, Christine Lagarde évoque sur euronews les grands enjeux actuels, à commencer par la crise en Ukraine et ses conséquences sur l‘économie mondiale. La directrice générale du FMI parle également du chômage massif en zone euro et des mesures à prendre pour éviter que le piège de la croissance faible ne se referme sur le Vieux-Continent. Stefan Grobe, euronews : Madame, merci d‘être avec nous aujourd’hui, à la veille de la réunion de printemps du FMI, ici à Washington D.C. Permettez-moi de commencer par une question concernant le contexte mondial qui entoure les discussions de cette année. Il y a une croissance déséquilibrée, un chômage massif, des risques de déflation, un rétrécissement monétaire en cours, et subitement, il y a une instabilité politique, non pas dans une région éloignée du monde, mais juste aux portes de l’Europe. Comment cela va-t-il façonner les discussions de cette réunion de printemps. Christine Lagarde : C’est un mélange de positif et de négatif. Ce dont je suis certaine, c’est que les médias vont trouver des tas de choses à écrire à ce propos, et le thème à la mode sera certainement l’Ukraine, qui a été au centre de l’attention au cours des dernières semaines, et où notre équipe s’est rendue, sur le terrain, pour comprendre le fonctionnement de l‘économie ukrainienne – quels sont les chiffres, quelles sont les réserves, qui fait quoi – et pour négocier avec les autorités un programme qui les aidera à restaurer la situation économique, rétablir l’Etat de droit, et traiter des questions telles que la politique monétaire, le taux de change du pays et les prix de l‘énergie, et beaucoup de réformes structurelles qui devront avoir lieu. euronews : Aujourd’hui, en Europe, on assiste à une croissance inégale et un haut niveau de chômage, en particulier le chômage des jeunes, et vous le rappelez dans chacun de vos discours. Que dites-vous aux jeunes qui sont inquiets ? Y-a-t-il un espoir que ce ‘‘piège de croissance faible’‘, comme vous l’avez appelé, ne se referme pas? Christine Lagarde : Le piège de la croissance faible, c’est le risque à moyen terme, si les bonnes politiques ne sont pas décidées, et s’il n’y a pas de coopération internationale. Et si ce devait être le cas, ces économies pourraient ne pas créer les emplois nécessaires pour la jeune génération, qui arrive avec plein d’enthousiasme sur le marché du travail. Donc ce que l’on dit, c’est que l‘économie est à un tournant, mais qu’elle avance trop lentement. La croissance est trop faible, et elle a besoin d‘être soutenue par la bonne combinaison de politiques monétaires, de politiques fiscales et, le plus important – car il n’y a pas tant d’espace entre ces deux catégories – par des réformes structurelles, l’une d’elles étant un meilleur marché du travail. euronews : vous dites que l‘économie de la zone euro a une croissance très, très lente. Les prévisions du FMI ne dépassent pas les 1 % pour cette année et l’année prochaine. Si nous avons une crise internationale majeure sur les bras, avec, potentiellement, des problèmes énergétiques imprévisibles, un faible taux de croissance peut-il être durable ? En d’autres termes, Vladimir Poutine est-il en train de menacer la reprise en Europe ? Christine Lagarde : L’instabilité, l’incertitude, la fragilité géopolitique ne facilitent pas ce travail nécessaire de reprise que les dirigeants politiques ont sur les bras. Mais rien ne vient sans opportunités. Eh bien, ce qu’il se passe là-bas est un défi. Cela pousse les pays à réexaminer leur mix énergétique, à réexaminer les routines établies. Cela pousse l’Ukraine à restaurer ses politiques économiques, à restaurer l‘État de droit, à règler le problème de la gouvernance, à éliminer la corruption. Ce sont des facteurs positifs qui pourraient résulter de quelque chose qui est plein d’incertitude. euronews : Sur l’Ukraine. Le soutien financier de la communauté internationale s‘élève à 27 milliards de dollars sur les deux prochaines années, dont 14 à 18 milliards proviendront du FMI, si l’Ukraine peut mettre en œuvre un programme très ambitieux de réformes structurelles. À quel point est-ce réaliste, étant donné le niveau massif de corruption dans ce pays et la menace militaire continue de la Russie? Christine Lagarde : La performance du pays dépendra de la détermination de son peuple et de ses autorités. Sans cette détermination, les choses ne se passeront pas. Mais s’il y a cette volonté collective d‘éliminer la corruption, d‘établir une bonne gouvernance, de faire de bonnes acquisitions, d’avoir des prix justes pour l‘énergie et de contrôler le destin de l‘économie, ça arrivera. Et la communauté internationale soutiendra ces pays. euronews : Après l’annexion de la Crimée, les marchés internationaux ont seulement réagi modérément, voire pas du tout. Est-ce que cela signifie que les investisseurs ne s’intéressent pas à l’Ukraine? Et si c’est le cas, qui paye le prix éco


10. Les craintes s'amplifient sur la Grèce : les indices boursiers plongent

  • Duration: 50
  • Channel: news
Les craintes s'amplifient sur la Grèce : les indices boursiers plongent

Les places boursières européennes évoluent dans le rouge lundi à la mi-séance, pénalisées par les inquiétudes sur l’impasse des discussions entre la Grèce et ses créanciers. La bourse d’Athène plonge de 4,4% après avoir dégringolé de près de 8% dans la matinée. La position de la Grèce et celle de ses bailleurs de fonds n’avaient pas bougé lundi. “Soit une sortie de la Grèce de l’euro soit un maintien mais il faut une décision, explique Robert Halver analyste de marché chez Baader Bank. L’incertitude est usante pour tout le monde. Mais nous savons aussi que si les grecs restent dans la zone euro, ce sera seulement une victoire à la Pyrrhus. A long terme, on n’arrivera à rien. Donnez une chance aux Grecs : laissez-les partir”. Les pertes des indices boursiers d’Europe occidentale sont comprises entre 1 et 2% en cours de séance lundi. L’euro est en baisse à 1 dollar et 12 cents. Enfin les craintes des investisseurs sur la Grèce se retrouvent dans la hausse des taux de rendement de


11. La banque de Suède surprend les marchés en baissant ses taux

  • Duration: 35
  • Channel: news
La banque de Suède surprend les marchés en baissant ses taux

La banque centrale suédoise a pris les marchés par surprise jeudi en réduisant son taux directeur à 0,35% et en augmentant son programme d’achats d’actifs pour favoriser la remontée de l’inflation, qui a repris après deux ans de stagnation des prix. Dans son communiqué, la Riksbank note une remontée des incertitudes à l‘étranger et ajoute qu’il est difficile d’analyser les conséquences de la crise grecque. Elle met également en avant le raffermissement récent de la couronne suédoise, qui se rapproche de ses plus hauts niveaux de l’année. La couronne a touché un plus bas de trois semaines après l’annonce de la baisse de taux, en se repliant de 1% face à l’euro et au dollar.


12. Immobilier : Une légère reprise encore fragile

  • Duration: 449
  • Channel: news
Immobilier : Une légère reprise encore fragile

Si les transactions progressent et les délais de ventes se réduisent, les prix évoluent peu dans les grandes villes. Les incertitudes économiques et fiscales ainsi que l’évolution des taux d’intérêt impactent le marché.


13. Le gouvernement hollandais passe avec succès un premier...

  • Duration: 25
  • Channel: news
Le gouvernement hollandais passe avec succès un premier...

On pouvait penser que le premier appel au marché obligataire aurait été difficile pour les Pays-Bas après la récente démission du premier ministre et la période d'incertitude politique qui s'annonce; on se trompait. Le trésor hollandais a levé mardi 2 milliards d'euros de dette à court et long terme, suscitant une demande correcte et des taux de rendement proches de ceux obtenus au ... http://fr.euronews.net/


14. Revue de presse française - "Les mutins du PS défient Valls"

  • Duration: 307
  • Channel: news
Revue de presse française -

Au menu de cette presse française, la fronde de l'aile gauche du PS contre le plan d'économies de Manuel Valls, la surpopulation carcérale, le désintérêt pour les élections algériennes et la mort d'un géant : Gabriel Garcia Marquez.

La presse française s’intéresse aujourd’hui à la fronde au PS après l’annonce du plan d’économies de Manuel Valls. Les 50 milliards d’économies avec gel des retraites et des prestations sociales suscitent la colère de l’aile gauche de la majorité. Le Figaro évoque des députés furieux d’avoir été mis devant le fait accompli : ils réclament l'amendement du plan Valls qu'il estiment contraire aux engagements pris devant les français. Pour le journal de gauche Libération, les députés socialistes sont au bord de la révolte. Les journaux reviennent aussi largement sur le nouveau record du taux d’occupation des prisons françaises. Avec 68 859 détenus pour 57 500 places, la France enregistre une augmentation annuelle de 2% de ses prisonniers. "Pourquoi la population carcérale est-elle toujours en hausse" ?  Le journal La Croix propose une réponse à cette question. Pour le Parisien qui a mené l'enquête au tribunal correctionnel de Paris, c’est le mode de fonctionnement de la justice qui est en cause et la procédure dite de comparution immédiate. Le Figaro insiste quant à lui sur la volont&... Lire la suite sur notre site web. Visitez notre site : http://www.france24.com Rejoignez nous sur Facebook https://www.facebook.com/FRANCE24 Suivez nous sur Twitter https://twitter.com/France24_fr#


15. M6 19H50 11_07_07

  • Duration: 124
  • Channel: news
M6 19H50 11_07_07

Guerre du Liban, un an après Il y a un an, le 12 juillet 2006, Israël lançait une offensive contre le Liban après l'enlèvement de deux militaires par le Hezbollah. C'était le début d'une guerre qui n’a duré que 33 jours mais a laissé des traces indélébiles : 1.200 morts côté libanais, le sud détruit et le pays de nouveau plongé dans l'incertitude politique. A l'occasion de ce triste anniversaire, nous lançons une série de reportages sur le Liban. Liban : camps retranchés Il y a un an, le 12 juillet, Israël lançait une offensive contre le Liban après l'enlèvement de deux militaires. C'était le début d'une guerre qui n'a duré qu'un mois mais a laissé des traces indélébiles : 1.200 morts côté libanais, le sud détruit et le pays de nouveau plongé dans l'incertitude politique. Depuis la fin du conflit, un autre type de violence a émergé dans le pays, à l'intérieur des camps de réfugiés palestiniens. Des villages fermés où les milices islamistes ont pris le pouvoir et affrontent régulièrement l'armée libanaise. A Aïn el Héloué, par exemple, 70.000 personnes vivent dans des conditions précaires. Depuis la création du camp en 1948 la vie s'est peu à peu organisée. On y trouve des hôpitaux ou encore des commerces. Dans cet endroit où la criminalité atteint des taux records, ni l'armée, ni la police libanaise n'a le droit de cité. Ce sont les milices qui font régner l'ordre. Sans véritable justice, cet endroit est très vite devenu un repère pour les groupes terroristes, libres d'embrigadés une population souvent désoeuvrée.


16. Immobilier : Une légère reprise encore fragile

  • Duration: 449
  • Channel: news
Immobilier : Une légère reprise encore fragile

Si les transactions progressent et les délais de ventes se réduisent, les prix évoluent peu dans les grandes villes. Les incertitudes économiques et fiscales ainsi que l’évolution des taux d’intérêt impactent le marché.


17. Heures difficiles pour l'économie ukrainienne

  • Duration: 153
  • Channel: news
Heures difficiles pour l'économie ukrainienne

De longues queues devant des distributeurs à Donetsk, dans l’est de l’Ukraine. C‘était déjà la semaine dernière, avant même la fuite du président, mais l’inquiétude et l’incertitude étaient déjà là. “Je suis ici parce que c’est un peu la panique” expliquait cette jeune fille. “J‘étais en voiture, j’ai vu par une file d’attente, et je me suis dit que je devais moi aussi retirer de l’argent” racontait quant à lui cet Ukrainien. A Kiev,sur le marché de Svyatoshino, les commerçants sont aussi inquiets. L‘économie ukrainienne est entrée en récession après une croissance à 5% du PIB en 2011, et la situation s’est aggravée avec les trois mois de crise politique. “Les temps sont plutôt durs, se plaint ce petit commerçant. Les difficultés sont d’ordre économique. Le plus gros problème, c’est la forte baisse de notre monnaie nationale, alors que les taux de change de devises comme le dollar et l’euro, elles, ont fortement augmenté”. Malgré ses ressources, l‘économie ukrainienne n’a jamais vraiment décollé depuis la chute du communisme. Le PIB par habitant n’est que le quart de celui de la Russie, la moitié de celui du pays le plus pauvre de l’Union européenne. Le gouvernement de Ianoukovitch avait refusé de faire les réformes exigées par le FMI en échange d’un prêt. Pourtant selon cette analyste, elles sont nécessaires. Olena Bilan, Dragon Capital : “C’est sur, pour le marché et pour l‘économie de l’Ukraine en général, ce serait beaucoup mieux d’avoir l’appui du FMI : l’aide du FMI signifie que le gouvernement, les autorités engageront des réformes qui mettront l‘économie ukrainienne sur une base plus saine, alors que l’aide de la Russie signifie que l’argent obtenu servira à payer le gaz importé de la Russie.” La Russie a accordé une aide de 15 milliards de dollars en décembre 2013, mais l’Ukraine n’en a perçu que 3, et les chances de recevoir le reste sont minces à présent. Valeriy Chalyi, Razumkov Center : “Ce n’est pas le moment de prendre l’argent de la Russie. Peut-être après… Après l’accord d’association avec l’UE, alors nous discuterons avec la Russie, dans des circonstances nouvelles. La Russie reste un partenaire économique important de l’Ukraine. Mais, à l‘évidence, la situation est nouvelle.” Or le temps presse : Kiev a besoin de 35 milliards de dollars pour faire face à ses dettes au cours des deux prochaines années, certains paiements doivent être versés ce mois de juin.


18. La prise de Ramadi : la faute aux Américains ?

  • Duration: 274
  • Channel: news
La prise de Ramadi : la faute aux Américains ?

Au sommaire de cette revue de presse internationale, le référendum historique en Irlande sur le mariage homosexuel, mais aussi la controverse, après la prise de Ramadi par l'EI, autour de la responsabilité et de la stratégie des États-Unis en Irak.

À la une de la presse internationale vendredi 22 mai, le référendum sur le mariage homosexuel en Irlande, qualifié "d’historique". L’Irlande est en effet le premier pays qui se prononce par voie de referendum sur le mariage homosexuel et le premier aussi à l’inscrire dans sa Constitution. Si, dans la presse, une victoire du "oui" semble acquise, pour "The Irish Independent", "l’issue du scrutin sera avant tout déterminée par le taux de participation des jeunes". Un référendum suivi au quatre coins du monde, puisque le journal l'"Australian" dresse un portrait de ces jeunes qui rêvent de faire basculer ce scrutin dans le camp du "oui". C’est le cas par exemple de Mark Govern, 31 ans, irlandais expatrié à Sydney depuis le mois d’août. Il a même pris un billet d'avion car il ne veut pas regretter un jour de n’être pas allé voter. Un vote qui ne devrait pas être trop influencé par l’Église. En effet, en Irlande, pays très catholique, l’Église a perdu de son autorité ces dernières années. En cause, selon "Libération", les s... Lire la suite sur notre site web. Visitez notre site : http://www.france24.com Rejoignez nous sur Facebook https://www.facebook.com/FRANCE24 Suivez nous sur Twitter https://twitter.com/France24_fr#


19. XERFI Research : Les centres commerciaux, par I. Senand

  • Duration: 256
  • Channel: news
XERFI Research : Les centres commerciaux, par I. Senand

Les centres commerciaux à l’horizon 2011 Le choc de la consommation : quelles réponses possibles ? Une étude de la collection Xerfi Research,par Isabelle Senand, Directrice d’études. Cette étude traite de : - L’impact de la crise sur les arbitrages de consommation des ménages - Les facteurs de rebond à l’horizon 2011 dans les centres commerciaux - Les stratégies de croissance des groupes de l’immobilier commercial - Le décryptage des rapports de force concurrentiels et les forces en présence dans l’immobilier de commerce Le marché de l’immobilier commercial a mangé son pain blanc et se retrouve dans l’obligation d’accélérer sa mue compte tenu d’un environnement moins porteur. La forte reprise des investissements dans le secteur au premier semestre 2010 ne doit en effet pas masquer les changements radicaux observés depuis 2008 : tensions persistantes sur la consommation des ménages, niveau élevé du taux de chômage, manque de visibilité à propos d’une reprise économique durable à moyen terme… Autant d’incertitudes avec lesquelles les acteurs devront composer ces prochaines années et qui pèseront sur la croissance des loyers perçus par les gestionnaires des centres commerciaux, selon l’étude menée par Xerfi… Pour en savoir plus sur l’étude « Les centres commerciaux à l’horizon 2011 », : http://www.xerfi.fr/etudes/0BAT33.pdf www.xerfi.com


20. Le ralentissement mondial pousse la Fed au statu quo

  • Duration: 94
  • Channel: news
Le ralentissement mondial pousse la Fed au statu quo

La banque centrale américaine joue la prudence en maintenant ses taux d’intérêts proche de zéro. La Fed prend en compte les récentes turbulences financières et les incertitudes économiques venues des marchés émergents et notamment la Chine. La présidente de la Fed a laissé entendre qu’une hausse n‘était pas exclu en octobre. “La reprise de la Grande Récession est assez avancée et la dépense intérieure semble assez robuste explique Janet Yellen. Cependant, à la lumière des incertitudes accrues à l‘étranger et à une prévision d’inflation légèrement plus faible, le comité a jugé opportun d’attendre davantage de preuves”. C’est le soulagement sur les marchés asiatiques. Les monnaies des pays émergents sont orientées à la hausse ce vendredi. Seul Tokyo a évolué à contre-courant. En cause, le net regain du yen face au dollar. Les marchés européens sont perplexes après ce statu quo. Les investisseurs y voient les inquiétudes de la Fed concernant les pays émergents. Résultat : un décrochage